DISCLAIMER: The views expressed herein are those of the author and should not be attributed to the SMASS, its Executive Board, or its management.

 

Je m’adresse ici aux personnes désireuses de faire partie de la communauté des Smass. Je ne vais pas ici exposer les raisons exactes qui ont conduit à la création de ce magnifique double cursus (d’ailleurs je ne les connais pas), mais plutôt exposer la vision que j’ai de celui-ci. Le but est d’effectuer, en parallèle de Sciences Po., une licence de mathématiques appliquées. Les candidats sont sélectionnés selon les qualités proprement nécessaires au suivi de la formation offerte à Sciences Po., et en fonction des compétences mathématiques qu’ils possèdent. C’est ici, à mon sens, le fait le plus intéressant : la formation est réellement pluridisciplinaire, et s’adresse à des étudiants désireux d’acquérir des connaissances dans un champ extrêmement large et diversifié.

Contrairement à une idée parfois véhiculée à tort, l’université n’est pas une « belle blague »1. Ainsi, les cours proposés à Paris I sont de très bonne facture, et permettent d’obtenir une solide culture mathématique. De plus, le fonctionnement du double cursus s’est grandement amélioré depuis sa création il y a 3 ans, permettant à la promotion actuelle de s’y sentir bien (enfin je pense), accompagnée par des 2A très énergiques et par une administration réceptive. Enfin, Sciences Po et l’université étant deux atmosphères bien différentes, il est très appréciable d’alterner, tant le contraste entre les deux établissements est enrichissant.

Le smassien, dans ma vision idyllique, sait intégrer une fonction, mais il sait aussi conjuguer un verbe. Il aime coder en Html, mais il aime aussi lire une œuvre de Victor Hugo. Il se sent prêt à enchainer des cours d’Algèbre et des cours de Science politique, un contrôle d’Analyse et un contrôle d’Histoire. Il ne rechigne pas à l’idée d’étudier l’économie internationale, puis de réviser ses cours de probabilités. Notons que je n’affirme pas ici que le smassien est un dieu, loin s’en faut, pouvant réussir le concours de Polytechnique et l’agrégation de philosophie le même jour. Non, le smassien est juste un étudiant curieux, qui considère que les mathématiques sont complémentaires des sciences sociales, et qui aspire à maîtriser des compétences variées.

Ce double cursus s’adresse à toutes les personnes désireuses de faire Sciences Po., mais ne voulant pas abandonner l’étude des sciences mathématiques. A celles qui ne désirent pas particulièrement faire une prépa (qu’elle soit scientifique ou commerciale) mais souhaitant néanmoins rester au contact des intégrales, des fonctions, en poursuivant parallèlement des cours de sciences sociales. A celles qui aiment Riemann et Poincaré tout autant que Durkheim et Bismarck. Bref, ce double cursus s’adresse à tous ceux souhaitant entrer dans la matrice.

 

1. Expression utilisée par Alix Ladent, élève actuellement en 3ème année à l’étranger, dans un article pour La Péniche (Le journal de Sciences Po. ndlr) sur ce double cursus, ayant pour titre « Le double-cursus Sciences Po-MASS est-il trop dur ? ».


2 commentaires

Eloi · 14 avril 2013 à 12 h 28 min

Bonjour,
Je suis actuellement admissible à Sciences Po (concours 2013) et ai présenté en premier choix le double cursus Maths appliqués Paris I
Lors des portes ouvertes de Sciences Po en 2012 un étudiant du double cursus a affirmé qu’il était possible de tenter le concours d’entrée à polytechnique à l’issue de deux ans de double licence Sciences Po – Paris I Maths appliqués et qu’un de ses camarades était rentré à l’X par cette voie.
Est-il vraiment possible de le faire ?
Si oui faut-il être excellent en maths pour réussir le concours ?
Obtient-on le Bachelor Sciences po et la licence paris I si on intègre l’x en 3ième année ?
Par ailleurs ce double curus permet-il de rentrer plus facilement dans le master Corporate and Public Management ?
Merci d’avance

    Admin · 15 avril 2013 à 8 h 40 min

    En effet, un ancien élève du bicursus est entré à Polytechnique, mais après ses trois ans de licence, et non pas deux. Il a donc bien obtenu les deux licences de Sciences Po et Paris I, puis il a réussi le concours. Il faut bien évidemment être excellent dans toutes les matières pour réussir le concours de Polytechnique, surtout sans être passé par une prépa.
    Pour ce qui est du master Corporate and Public Management, il faut savoir que le bicursus facilite l’entrée dans tous les masters sélectifs en économie, puisqu’il garantit un niveau de mathématiques que n’ont pas les autres élèves de Sciences Po.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *